mercredi 16 mars 2011

LA BIBLIOTHEQUE PERD SES LECTEURS : fiction N°1


A partir de ce titre "accrocheur" de presse, un de nos lecteurs a imaginé comment la bibliothèque pouvait bien perdre ses lecteurs . En voici le texte, que nous vous diffuserons par épisodes...

La nouvelle était tombée, brutale, péremptoire, à la une de la presse locale : la bibliothèque municipale perd des lecteurs !

Je n'avais pas bien remarqué ces lecteurs de CD à la bibliothèque. Cependant je ne comprenais pas pourquoi, le fait qu'on les eût perdus (sans doute les avait-on volés), méritât un aussi gros titre dans le journal. Mais je me suis vite aperçu qu'il s'agissait de lecteurs en chair et en os, de gens comme vous et moi. Grands dieux, comment avaient-ils pu s'y prendre pour se perdre dans ces lieux, une ancienne école de garçons à l'agencement des locaux plutôt simple. Il est vrai que le bâtiment abrite dans les étages d'autres activités, des associations, des clubs, des expositions parfois. Une cour intérieure permet par un passage d'accéder à l'immeuble voisin où des couloirs, des rampes, des escaliers conduisent à d'autres salles, à des appartements, même dans les étages, mais de là à s'y perdre, vraiment ! C'est seulement en lisant attentivement l'article que j'ai compris que ce n'était pas des lecteurs qui s'étaient perdus dans la bibliothèque mais que c'était bien, comme l'affirmait le journal, la bibliothèque qui avait perdu des lecteurs. Des lecteurs qu'on ne retrouvait pas. Ni plus ni moins égarés, paumés, envolés, volatilisés, évanouis, évaporés, escamotés.

On avait voulu garder le secret. On avait essayé de persuader les familles de ne pas signaler tout de suite les disparitions pour ne pas créer un mouvement de panique. Ce n'était peut-être que de petites fugues sans conséquence et tout allait rentrer bientôt dans l'ordre. L'affaire de quelques jours et on n'en parlerait plus. Bien sûr, la dernière fois qu'on avait vu la plupart d'entre eux, c'était au moment où ils pénétraient dans les locaux de la bibliothèque. Mais personne n'était capable de dire s'ils en étaient ressortis. Seulement maintenant l'affaire était révélée, le scandale éclatait au grand jour et la brigade criminelle était en route.

(...) A SUIVRE

1 commentaire:

Naly de Salm a dit…

Je voudrais rassurer ma famille. La bibliothèque ne m'a pas perdue. Trop bien ce petit feuilleton. Vivement la suite...